Couture, Projet

Un peu de couture #1

Il y a quelques mois, pendant une période de chômage, j’ai eu très envie de me mettre à la couture.
J’ai pris un cours (chez Mondial Tissu plus d’infos ici) afin d’apprendre à dompter une machine et voir si ça pouvait me plaire.
Deux heures en tête à tête avec une très gentille dame qui m’a donc montré le B-A-BA d’une machine, puis qui m’a appris à confectionner une petite trousse mignonne.

Comme ça m’a bien plu, j’ai acheté une machine (chez lidl, une silvercrest pas mal du tout pour le peu que je m’en sers des avis ici). Et donc, j’ai fait quelques petites choses que voici:

Une peluche baleine, le patron utilisé est là

Une peluche baleine, le patron utilisé est

elephant1

Un joli éléphant le patron, c'est par là Un joli éléphant le patron, c’est par là

Une trousse simple, sans patron particulier

Une trousse simple, sans patron particulier

Une jolie jupe fleurie d'après le tuto de Mouna

Une jolie jupe fleurie d’après le tuto de Mouna

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et comme il me restait des chutes suite à la confection de ma jolie jupe fleurie, j’ai pu customiser un t-shirt tout simple trouvé chez C&A pour faire ceci:
custo1 custo2

En conclusion, sans transition: si ça vous tente LANCEZ VOUS! La couture, on s’en fait tout un monde, mais y’a plein de chose qu’on peut faire vraiment facilement et surtout, surtout, c’est grisant de se dire « c’est moi qui l’ai fait » 🙂

gaufres
Mangeeeeeeeeer, Recettes

Gaufres salées: Lardons, tomates séchées, mozzarella

En ce moment, je nourris une passion pour les gaufres salées. Je fais la recette ci-dessous qui correspond donc à une dizaine de gaufres, on mange ce qu’on veut, on congèle la suite, et ça fait des supers apéro, réchauffez au four et coupés en petits morceaux.

Ingrédients:

  • 4 oeufs
  • 30g de beurre
  • 175g de farine
  • 15 cl de lait
  • 100g de mozzarella rapée
  • 100g de lardons
  • une dizaine de tomates séchées
  • sel et poivre

Préparation:

Faire fondre le beurre.
Battre les oeufs, et ajouter la farine, mélanger bien. Ajouter le beurre fondu puis le lait. Quand la pâte est bien lisse, ajouter les garnitures, le sel et le poivre.
Faire cuire dans le gaufrier.

Rapide, efficace, et délicieux avec une salade 😀

Carrot Cake
Mangeeeeeeeeer, Recettes, Sucré

Carrot Cake selon moi-même

Aujourd’hui, on inaugure une nouvelle rubrique: les recettes. Alors, oui, y’a déjà un million de cuisiniers plus ou moins aguerris sur la blogosphère, j’en suis bien consciente, mais cette rubrique me permettra de noter mes recettes et surtout, surtout de ne plus dire « alors, au départ, j’ai fait telle recette, sauf que j’ai mis moins de ça, plus de ça, j’ai rajouté ça, j’ai enlevé ça et au final, j’ai pas fait cuire tant de temps ».

Commençons avec la recette du carrot cake, que j’adore depuis que je l’ai goûté, il y a quelques années chez Elizabeth’s (et bon, soyons franc, malgré tous mes efforts, le mien n’est pas encore à la hauteur du sien).

Ingrédients:

  • 3 oeufs
  • 350g de carottes râpées
  • 200g de farine
  • 175g de beurre
  • 100g de noix de pécan
  • 200g de sucre roux (personnellement, je fais moitié sucre roux – moitié rapadura)
  • 1 sachet de levure chimique
  • 2 cuillères à café de mélange d’épices pour pain d’épices

Pour le glaçage:

  • 75g de philadelphia
  • 75g de mascarpone
  • 25g de beurre mou
  • de la vanille (selon votre goût)
  • du sucre glace

Préparation:

Préchauffer le four à 180°C.
Casser les oeufs, et les battre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux. Faire fondre le beurre et l’ajouter au mélange oeufs-sucres, en continuant de battre.
Mélanger la farine avec les épices et la levure, puis ajouter le mélange tamisé dans la préparation précédente.
Ajouter les carottes râpées ainsi que 80g de noix de pécan. (Si vous le souhaitez, vous pouvez faire caraméliser les noix de pécan, ça n’en sera que meilleur: pour cela, faites chauffer dans une poêle un peu de sucre, ajouter les noix de pécan et mélanger afin qu’elles soient bien enrobées. Les faire sécher sur une feuille de papier sulfurisé)
Beurrer et fariner un moule, y verser la préparation.
Enfourner pour environ 40 min, la pointe du couteau doit ressortir sèche lorsque vous piquez le gâteau.
Faire refroidir sur une grille.

Pour le glaçage:
Fouetter le beurre mou, le mascarpone ainsi que le philadelphia afin d’obtenir une texture aérée. Ajouter selon votre goût de la vanille et du sucre glace (personnellement, je n’en mets pas beaucoup, environ 50g, mais je goûte toujours pour me décider).
Lorsque le gâteau a refroidi, le couper en deux, le garnir de glaçage, puis le « refermer » et recouvrir de la fin du glaçage le haut du gâteau. Décorer avec les noix de pécan restantes et c’est terminé, vous pouvez déguster

 

Projet

Badges de la mère parfaite

Y’a pas longtemps, j’ai ma super Loutre adorée qui a accouché. Depuis son accouchement, elle découvre la vie de mère, avec ses embuches. Et surtout, surtout, les gens autour qui ne comprennent pas que « QUEWA, tu n’es pas encore douchée alors qu’il est 8h30? mais QUE FAIS-TU DE TES JOURNÉES? »
Comme j’suis une copine cool, je lui ai fait des badges, pour la féliciter de chaque accomplissement, et la soutenir pour qu’elle voit que c’est NORMAL, de galérer, avec un nouveau-né (contrairement à ce que l’entourage peut dire). J’ai partagé sur Twitter, et certaines d’entre vous m’ont donné d’autres idées.
J’ai pensé à tous les regrouper ici, n’hésitez pas à me faire part des idées que vous pourriez avoir!

Petites précisions: les images/photos utilisées ont été trouvées sur google images, si l’une d’elle est la vôtre, n’hésitez pas à me faire signe.
Vous pouvez bien évidemment les utiliser (les badges), pensez juste à dire d’où ils viennent, si on vous le demande!

badgevetements badgetoilettes badgesexe badgereveil badgerepas badgehibou badgedouche badgedormir badgechat badgebbendormi2 BADGEAPPELbadgelivre

badgetv

No Way Jose
Job, Vie trépidante particulièrement inintéressante

Le parcours semé d’embuches

Lorsqu’on s’est quitté la dernière fois, en novembre ou décembre, si ma mémoire est bonne, j’étais pleine d’espoir en sortant de mon rendez-vous chez la conseillère d’orientation.
Je pensais avoir trouvé des pistes qui me plaisaient et qui, surtout, m’offriraient la perspective de trouver pas trop difficilement un job en finissant. Oui bon. En fait, j’ai été prise d’un petit coup de stress, et j’ai décidé d’élargir mes recherches en demandant à des gens qui exercent actuellement le métier qui me tentait +++, savoir ce qu’il en était réellement.
La réponse a été sans appel, je cite « Oulaaaaa, tu trouveras pas plus de boulot qu’en sage-femme. Actuellement, on galère, mais ça passe encore. Mais alors, le temps que tu fasses tes études, donc dans 3 ans et demi minimum, ça risque d’être un peu, beaucoup, plus difficile. Franchement, j’adore mon métier, mais je te le dis, ça ne vaut pas le coût ».

Cette dernière phrase étant celle que je me suis entendue dire à plusieurs reprises à des jeunes qui me demandaient si c’était une bonne idée de faire des études de sage-femme, j’ai bien compris l’ampleur du problème.

Comme mon envie de reprendre des études pour rester dans la même situation que celle dans laquelle je me trouve aujourd’hui se situe environ au même niveau que de me tronçonner le gros orteil, j’ai pris une décision: NO WAY JOSÉ pour cette filière.

Quand on fait le point, il semblerait en fait que beaucoup de filières (para)médicales soient dans cette situation de précarité.

Alors on fait quoi en définitive? On passe au plan Z tout de suite?

(Sur les conseils de Beatrix, j’ai joué au Loto, on sait jamais après tout.)

Game of Thrones
Job, Vie trépidante particulièrement inintéressante

La réorientation, épisode 1.

Ce premier épisode commence un an et demi après l’obtention de mon diplôme, sur ces 18 mois, j’ai péniblement réussi à accumuler 9 mois d’expérience dans ma branche professionnelle. 6 mois à un endroit, 3 dans un autre.
Au total, 9 mois à l’hôpital, avec ses qualités et surtout, surtout, ses défauts, que je retiens un peu trop.

Des défauts qui ne me donnent pas forcément envie de continuer, de persévérer, car l’hôpital a cette fâcheuse tendance à user son personnel jusqu’à la moelle, et j’ai de sérieux doutes sur ma capacité à pouvoir endurer tout cela sur le long terme.

Ajoutons à cela le manque d’emploi sur le marché et on obtient une merveilleuse remise en question de votre serviteur.
Après moultes interrogations auprès de Google, j’ai fini par prendre RDV au CIO.

Je suis tombée sur une très gentille conseillère d’orientation, à l’écoute et qui semblait plutôt au courant de ce qu’elle me racontait. Elle a su comprendre mon besoin d’être rassurée, et m’a aidé à réduire le champ des possibilités en sélectionnant ce qui pourrait vraiment répondre à mes attentes.
Finalement, je suis ressortie de ce rendez-vous une heure trente plus tard avec une liste de choses qui pourraient me plaire, à creuser, le nom de la conseillère, et plein de petites informations utiles.

Vu mon (grand) âge, c’est la dernière année où je peux prétendre essayer de rentrer dans les filières qui m’intéressent grâce à Admission Post-Bac, et donc, ça nous amènera au prochain épisode, qui commence le 20 janvier…

xmasdog
Mangeeeeeeeeer, Vie trépidante particulièrement inintéressante

L’Avent.

Alors voilà, ici, on est en Alsace, et en Alsace, la période de l’Avent, de Noël, c’est un peu super important. Y’a plein de petits trucs:

  • Le sapin sur la place Kléber, arrivé tout droit des Vosges, remplumé avec amour depuis début novembre par de gentils gens qui font bien leur job, nommé Connie Fer, parce que c’est UNE sapine cette année. Et que ça fait un jeu de mot pas trop trop recherché, et qui est « bien mais pas top ».
  • Les multiples marchés de Noël, dans Strasbourg mais surtout dans les villages, vach’ment plus typiques et plus jolis.
  • Les bredele. Ah, les bredele, ces biscuits de Noël que l’on trouve un peu partout dans les magasins en ce moment, et surtout, que l’on peut faire soi-même. Ok, on passe l’après-midi dans la cuisine, mais vraiment, vu tout ce que l’Alsace nous propose de bon, je vous assure, ça vaut le coût.
  • Les jolies couronnes de l’Avent, on allume une bougie chaque dimanche, c’est joli, et on fait ça en famille; c’est plutôt chouette.
  • Et EVIDEMMENT, le calendrier, mais, doit-on vraiment le préciser?

Du coup, comme l’Avent a commencé il y a quelques jours maintenant, on se met dans le mood Noël. Je ne travaille pas les jeudis après-midi, du coup, branlebas de combat dans la cuisine, aujourd’hui, c’était bredele. Le problème, c’est que j’ai oublié mon super livre de recette chez mon père, sérieux. SERIEUX. Evidemment, quand j’y étais, je n’ai pas pensé à le chercher, puisque c’est un livre dont on n’a besoin qu’un mois dans l’année… Pffffff. Du coup, j’ai cherché sur internet, et j’ai aussi réquisitionné la maman de l’Amoureux pour qu’elle me fournisse en recettes.
J’ai donc fait, pour la 1e fournée, des butterbredele, des schwowebredele, des zimtsterne (étoiles à la cannelle, mes préférées. sauf que c’est pas ma recette habituelle. Donc espérons qu’elles soient bonnes) et enfin des bredele à la noisette. Le tout se conserve dans une boîte en fer blanc, mais généralement, au premier repas de famille, le niveau baisse terriblement…

Maintenant qu’on est bien dans le tempo, il serait vraiment temps qu’on aille chercher notre sapin, et de quoi le décorer, puisqu’on n’a rien de plus que deux guirlandes lumineuses. Et pour cette année, c’est un peu tard, mais une couronne de l’Avent serait un peu nécessaire pour les prochaines années, c’est fade, sans ça.

Quant aux achats de cadeaux, ça avance doucement mais sûrement. Comme d’habitude, ça se terminera à l’arrache, le 23 décembre, et le 25 on se dira une fois de plus « non mais l’an prochain, C’EST SÛR, on s’y met plus tôt ».

joey
Blog

Recklessness, le retour

On prend les mêmes et on recommence.

Un certain nombre d’années après la fermeture de mon cher et tendre Recklessness, faute de choses intéressantes à raconter, et après moult tentatives de lancement d’autres blogs, me revoici aujourd’hui.

Je n’ai pas pu résister quand j’ai vu que ce domaine, si cher à mon coeur à une époque, était de nouveau disponible.

Me voici donc aujourd’hui, sur ce blog flambant neuf, avec l’envie de bloguer de nouveau. Je ne vous promets pas d’être très assidue et régulière, mais je vais essayer.

Des bisous